Catégories
BD et romans graphiques

Les horizons amers – L.F. Bollée & Laura Guglielmo

Éditions Robinson

Retour en mer aujourd’hui avec une expédition de cartographie qui tourna au fiasco pour son capitaine. Sur fond de guerre et de rivalités entre la France et la Grande-Bretagne, en particulier en mer, Matthew Flinders n’a qu’une idée en tête : prouver que la Terra Australis n’est qu’une seule et même île, grande comme un continent.

Ce jeune officier de la Royal Navy réussit à convaincre un puissant mécène de le soutenir auprès de la Royal Society of Geography pour pouvoir se lancer dans une nouvelle campagne de cartographie (il a déjà réalisé une circumnavigation de la Tasmanie avec Bass en 1798). Le défi est de taille, d’autant qu’une expédition française comprenant 2 navires est déjà en route vers l’hémisphère sud dans le même but.

C’est donc une course contre la montre qui s’engage, mais au rythme de la navigation de l’époque, c’est-à-dire avec ses aléas météorologiques et humains. Maladies à bord, retards qui contraignent à mouiller l’ancre dans des ports plus abrités pendant des semaines, avaries diverses : l’expédition se prolonge bien au-delà des 3 ans envisagés.

Je participe au book trip en mer chez Fanja !

Flinders a l’occasion de rencontrer son « concurrent » Nicolas Baudin lorsque leurs navires se croisent dans une même baie. Entre échanges de politesse et solidarité propre aux marins, envie de coopérer au nom de la science et nécessité de ne pas trop en révéler pour être le premier à attirer la gloire sur sa nation, la conversation est cordiale mais pas aisée. Le Français, plus expérimenté, s’interroge notamment sur les soi-disant bienfaits de l’arrivée des Européens pour les populations autochtones tandis que le Britannique, obnubilé par sa volonté de prouver que son instinct ne le trompe pas, n’y prête guère attention.

Naïf (et borné ?), notre « héros » sera victime de malchance, d’imprévoyance et surtout de conflits politiques et diplomatiques qui auraient de quoi rendre fou. À l’instar de nombreux explorateurs qui ont laissé leur vie, leur santé, leur raison (sans parler des familles qu’ils quittaient pendant des années) pour assouvir leur passion et leurs ambitions, Matthew Flinders n’a pas connu la renommée qu’il s’était imaginée. On lui doit cependant d’avoir eu l’intuition que l’Australie était une île-continent et d’avoir forgé son nom, Australia.

Catégories
BD et romans graphiques Belgique

Le tambour de la Moskova – Simon Spruyt

Traduction du néerlandais (Belgique) par Laurent Bayer – Le Lombard

Vincent Bosse est un jeune homme dont la beauté lui vaut de nombreux privilèges et attentions. Dans son village déjà, il est protégé par le curé qui s’apprête à le faire entrer au séminaire pour lui éviter la conscription. Mais Vincent lui-même va trahir son mentor et être enrôlé pour la campagne de Russie de 1812. Grâce à son joli minois qui lui donne un air particulièrement innocent et juvénile, il va rejoindre les tambours – surnommés les « loin-des-balles ».

Tout au long de cette campagne sanglante, sa bonne mine permet à Vincent d’échapper aux pires atrocités. Son manque de courage et de solidarité n’y sont pas pour rien non plus, mais qui pourrait lui en vouloir ?

L’auteur ne manque pas d’humour, parfois macabre et souvent cynique. Ses dessins à l’aquarelle offrent par ailleurs de beaux paysages comme des trognes très expressives et des flous presque oniriques. L’ensemble m’a beaucoup plu. Visuellement, seule la police de caractères aurait pu être mieux choisie à mon avis, elle tranche un peu trop sur les illustrations. Elle a cependant le mérite d’être parfaitement lisible.

Celles et ceux qui connaissent la littérature russe ont sans doute déjà compris, ou comprendront très vite à la lecture de cet album, à quel grand roman cette BD fait référence. Comme je n’ai pas lu ce classique, la fin du Tambour de la Moskova m’a réservé une jolie surprise. Après cette brève incursion, j’espère remédier un jour à cette lacune littéraire. Simon Spruyt m’a d’ailleurs réconciliée avec la période napoléonienne que je boude d’habitude.

Pour découvrir quelques pages de cette BD :

https://www.westory.fr/player-display?do=html&token=lsj1avbUlUIqFQmkBDRpnotaq90kgPkH

Catégories
Argentine BD et romans graphiques

Vies volées – Matz & Mayalen Goust

Buenos Aires – Place de Mai – Éditions Rue de Sèvres

Après Double fond, voici un deuxième titre en lien avec la dictature militaire qui a fait régner la terreur en Argentine de 1976 à 1983. Malgré sa courte durée, le bilan de ce régime est accablant : 15 000 personnes fusillées, 9 000 prisonniers et prisonnières politiques et 1,5 million d’exilé(e)s pour une population totale de 32 millions, sans oublier près de 30 000 disparu(e)s, les tristement célèbres desaparecidos (source : Wikipedia). Autre chiffre effrayant : au moins 500 bébés ont été volés à ces disparu(e)s et adoptés par des familles généralement proches des tenants du pouvoir. C’est l’histoire de ces enfants qu’évoque avec émotion et pudeur la BD Vies volées.

Nous sommes en 1998, à Buenos Aires. Mario est inquiet : la question des bébés volés très médiatisée depuis quelques temps lui fait prendre conscience du silence qui règne autour de sa naissance : ses parents évitent systématiquement le sujet, sa couleur de peau est différente de la leur, il n’y a pas de photo de sa mère enceinte… Après une rencontre avec les grands-mères de la place de Mai, il décide de passer un test ADN pour en avoir le cœur net. Son ami et colocataire Santiago ne comprend pas cette démarche mais l’accompagne à moitié par bravade amoureuse, à moitié pour soutenir son ami.

Des lectures de tout le continent sud-américain ou presque vous attendent chez Ingannmic.

J’ai été ravie de retrouver la talentueuse Mayalen Goust dont j’ai beaucoup aimé le travail pour la BD Au nom de Catherine, co-signée avec l’autrice Julia Billet. Ses dessins tout en délicatesse et en élégance transmettent merveilleusement l’émotion que suscitent les découvertes bouleversantes que vont faire Mario et Santiago. Il y a bien sûr l’ampleur de ce qui fut un « plan systématique » de vols de bébés, mais le scénariste, Matz, n’oublie pas le racisme, l’intolérance et des valeurs nauséabondes qui restent ancrées dans certaines familles toujours convaincues que ces vols ont eu lieu « pour le bien » de ces enfants.

Se savoir adopté(e) est souvent compliqué, alors découvrir que l’on est l’enfant d’une personne assassinée par la clique qui a orchestré votre adoption par ses proches partisans, je vous laisse imaginer les conséquences psychologiques que cela peut entraîner. Bouleversante, cette BD l’est sans aucun doute, mais elle est aussi pleine d’amour et d’espoir. Ses couleurs douces tranchent avec la dureté de ce qui se joue pour cette génération. Le ton du texte sait être grave comme léger, à l’image des illustrations. Le résultat est un magnifique album aussi émouvant que lumineux.

Image par David de Pixabay

Les « mères de la place de mai » qui réclamaient leurs enfants disparus sont devenues les « grand-mères », les Abuelas. Elles savent désormais leurs enfants perdus à jamais et espèrent juste retrouver leurs petits-enfants avant de s’éteindre. Grâce aux progrès scientifiques, ce sont désormais 131 de ces bébés devenus adultes qui ont retrouvé leur famille biologique (chiffre de 2022).

Catégories
BD et romans graphiques Porto Rico

Et l’île s’embrasa – John Vasquez Mejias

Traduction de l’anglais (États-Unis) par Julien Besse – Lettrage par Isabelle Le Roux - Éditions Ici-bas

Repéré chez Doudoumatous, Et l’île s’embrasa m’a permis de prolonger ma découverte de Porto Rico après la lecture il y a quelques mois de La maîtresse de Carlos Gardel (dont Ingannmic a prévu de parler aujourd’hui). Un lettrage frappant, des graphismes étonnants faits de gravures et un titre augurant d’événements dramatiques : cet album graphique atypique est un ouvrage passionnant sur le fond comme sur la forme.

John Vasquez Mejias revient ici sur « L’histoire méconnue d’une révolution à Porto Rico », un embrasement qui a secoué l’île en 1950 et qui visait à la libérer du joug américain. J’y ai par exemple appris que les Portoricains ont la citoyenneté américaine, ce qui a permis de les enrôler pour aller combattre en Europe ou en Corée notamment, ou encore que le président états-unien Harry Truman avait échappé à une tentative d’assassinat par des révolutionnaires portoricains en 1950.

J’y ai fait la connaissance d’hommes et de femmes aspirant à l’autodétermination et prêts à s’engager, hésitant entre la non-violence prônée par Gandhi ou des méthodes armées à la Michael Collins. Leaders politiques, simples citoyens et citoyennes, ils et elles ont espéré et se sont battus. Leur révolte fut durement réprimée avant d’être oubliée, y compris par le peuple portoricain.

Retrouvez des romans et autres lectures de tout le continent sud-américain chez Ingannmic pendant tout le mois de février. De quoi mettre un peu de soleil dans notre hiver !

Les gravures de John Vasquez Mejias sont denses, sombres et, en un mot, superbes. J’avoue que leur richesse m’a obligée à passer plus de temps sur chaque image que je ne le fais habituellement pour une BD. Mais si cet album me tentait autant, c’était justement pour sortir de mes sentiers battus et explorer un style graphique original. L’histoire peut sembler un peu complexe aussi et j’admets avoir été un peu perdue entre certains personnages par moments. Ceux-ci nous sont cependant présentés en détail à la fin du récit, avec un résumé de l’histoire de Porto Rico et une interview de l’auteur. J’ai d’abord regretté de ne pas avoir lu ces explications avant, mais finalement, je préfère cet ordre. J’ai pu me plonger pleinement dans le dessin avant d’approfondir le contenu. Puis j’ai fait une 2e lecture qui m’a donné d’autres perspectives.

Je suis en tout cas parfaitement d’accord avec Doudoumatous : Et l’île s’embrasa est un véritable objet d’art.

PS : Un référendum devait avoir lieu en novembre 2023 sur le statut de Porto Rico (indépendance vis-à-vis des USA ou non) mais je n’ai pu trouver aucune information sur son résultat ou sa tenue. Il faut croire qu’il a été reporté, ce qui doit en arranger certains…

Catégories
BD et romans graphiques Finlande

Moi, Mikko et Annikki – Tiitu Takalo

Traduction du finnois par Kirsi Kinnunen – Éditions Rue de l’échiquier

Petite infidélité aux Feuilles allemandes aujourd’hui avec une BD dont la couverture m’a intriguée (j’ai flashé sur la police de caractère du titre, le choix d’un livre tient parfois à peu de choses ;-D). C’est seulement à la lecture que j’ai constaté qu’il était question de l’histoire d’un quartier et de ses habitant(e)s. Autrement dit, une lecture parfaite pour l’autre grand rendez-vous du mois de novembre : Sous les pavés, les pages proposé par Ingannmic et Athalie. L’autrice étant finlandaise, je peux en plus ajouter cet album au challenge autour des auteurs et autrices des pays nordiques qu’organise Céline.

L’artiste Tiitu Takalo retrace l’histoire du quartier d’Anniki à Tampere, en Finlande, de l’ère glaciaire (!) à aujourd’hui. Fait surprenant, en tous cas pour nous autres qui vivons au pays de la conservation du patrimoine : En 2014, 70 % du bâti en Finlande avaient moins de 30 ans ! Les maisons et édifices historiques sont donc une denrée rare et le quartier d’Annikki fait partie de ces exceptions. Et il a fallu une mobilisation citoyenne de longue haleine pour en préserver ne serait-ce qu’une toute petite partie.

L’idée de l’album est née de l’envie de chroniquer la lutte récente d’une communauté locale contre des projets d’urbanisme qui aimeraient faire table rase du passé. Mais l’autrice opère aussi de nombreux retours en arrière qui nous permettent de comprendre le développement de la ville. Elle donne beaucoup d’informations et la lecture demande parfois un peu de concentration mais c’est passionnant ! Il y a juste un ou deux passages qui m’ont paru sans rapport avec le reste et dont je n’ai pas bien compris ce qu’ils venaient faire là. Ça reste heureusement marginal et cette BD mérite vraiment d’être découverte, précisément pour l’aspect humain dans le développement urbain que Sous les pavés, les pages souhaite mettre en lumière.

Avec ce récit à la fois intime et collectif, Tiitu Takalo livre en creux le portrait d’un petit pays qui a longtemps été assujetti par ses grands voisins (Suède, Russie), qui n’est officiellement indépendant que depuis le 6 décembre 1917 et dont on connaît peu l’histoire. Alors si vous avez envie de mieux connaître « le pays aux mille lacs », cette BD peut être un très bon début.

Catégories
BD et romans graphiques

De l’autre côté – Simon Schwartz

Traduction de l’allemand par Élise Lecharme – Éditions Sarbacane

Pour le rendez-vous des Feuilles allemandes co-organisé par Et si on bouquinait & Livr’escapades, et en ce lendemain du 34e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, j’ai envie de vous parler de la BD De l’autre côté. L’auteur y raconte l’histoire de ses parents nés en Allemagne de l’Est. C’est aussi là qu’ils se marient, que naît leur fils et qu’ils vivent jusqu’à leur départ pour Berlin-Ouest en 1984. Même si j’ai beaucoup vu, lu, étudié et visité sur le sujet, j’ai encore découvert des aspects inédits de la vie en RDA grâce à cet album qui est un excellent moyen de faire découvrir cette période aux jeunes générations (avis au corps enseignant notamment !)

Image par Sara Lötscher de Pixabay

La bande dessinée allemande n’est pas la plus représentée en France. D’ailleurs, en vérifiant chez quelle maison d’édition avait paru De l’autre côté, j’ai constaté que cet album n’est plus édité en français (mon exemplaire est en allemand). On le trouve heureusement encore d’occasion et en bibliothèque, et bien sûr en VO pour qui parle allemand. Un peu de pression sur la maison d’édition entraînera peut-être un jour une réimpression, qui sait…

Car il serait dommage de passer à côté : cette BD illustre combien des familles ont été divisées physiquement par le mur de Berlin, mais aussi déchirées par des convictions opposées. En effet, tout le monde ne rêvait pas de vivre à l’Ouest. Les grands-parents paternels de Simon Schwartz adhéraient ainsi totalement à l’idéal antifasciste de la RDA. Lorsque leur fils prend ses distances avec la doctrine est-allemande et décide de s’installer à Berlin-Ouest, ils n’arrivent pas à l’accepter et coupent les ponts. Une décision qui peut sembler incompréhensible et que l’auteur va justement chercher à (s’)expliquer.

Si je ne suis pas très sensible au style de dessin employé dans cet album, je dois reconnaître qu’il convient parfaitement à l’histoire et au contexte qu’il dépeint. Le choix du noir et blanc (seule la couverture est en couleurs), les personnages aux contours très marqués et la disposition rigide des cases restituent bien l’idée de contrainte et de séparation, sans empêcher l’émotion. De l’autre côté est le récit d’une vie à l’Est et d’un passage à l’Ouest, mais aussi de liens familiaux directement victimes de l’Histoire. Un témoignage sensible et éclairant.

Catégories
Afrique du Sud BD et romans graphiques

Ma mère était une très belle femme – Karlien de Villiers

Traduction de l’allemand par Florence Quillet – Éditions ça et là

J’ai dû commencer par résoudre un petit mystère à propos de ce roman graphique sud-africain : pourquoi a-t-il été traduit de l’allemand alors que cette langue ne fait pas partie des 12 langues officielles de l’Afrique du Sud ? Voici la réponse : c’est une maison d’édition suisse qui a commandé et publié cet album. La langue maternelle de Karlien de Villiers est cependant bien l’afrikaans. Dans Ma mère était une très belle femme, elle parle de son enfance dans les années 1970/80, avec pour toile de fond l’histoire de son pays.

Je suis partagée après la lecture de cette BD. D’un côté, j’y ai découvert beaucoup de choses sur la vie en Afrique du Sud dans les dernières années de l’apartheid et j’ai été émue/révoltée/choquée par ce que l’autrice a vécu au sein de sa famille. De l’autre, je n’ai pas bien compris ce que voulait véritablement raconter Karlien de Villiers. Je soupçonne qu’elle ait plutôt voulu parler de sa vie, mais qu’elle se soit sentie obligée d’y associer le contexte politique pour davantage intéresser le public, en particulier étranger. Il me semble que cet aspect est cependant traité de manière trop superficielle. Alors, ai-je envie de conseiller cet album ? La réponse est plutôt oui malgré tout.

L’autrice rend bien compte des divisions au sein de la population blanche vis-à-vis de l’apartheid lorsque celui-ci était en vigueur, mais de plus en plus contesté. Ainsi, sa mère est franchement raciste. Je cite, à propos de Desmond Tutu : « Et voilà, c’est typique, on donne le prix Nobel à ce kaffir (équivalent sud-africain de « sale nègre ») et la première chose qu’il fait c’est de réclamer des sanctions ». Le père est lui beaucoup plus critique envers le gouvernement. C’est d’ailleurs par son biais que Karlien et sa sœur côtoieront (très occasionnellement) des personnes de couleur autres que des domestiques.

Ce roman graphique est aussi (et je dirais surtout) le récit d’un divorce et d’une enfance assez dure vus à hauteur d’enfant. L’autrice et sa sœur subissent les tensions entre leurs parents, leur opposition totale sur les valeurs et l’éducation, et doivent faire avec une belle-mère très émancipée et progressiste politiquement d’un côté, véritable marâtre de l’autre (« S’il arrivait quelque chose à votre père, vous iriez à l’orphelinat. Ne comptez pas sur moi pour m’occuper de vous. Je n’ai jamais voulu d’enfants. »).

En résumé : Une BD à lire pour ses tranches de vie dans une société afrikaner fortement corsetée par la religion et gangrenée par le racisme, mais qui pèche par son message un peu brouillon.

PS : Si ça vous intéresse, sachez que les 11 autres langues officielles de l’Afrique du Sud sont 9 idiomes bantous, à savoir le ndébélé du Transvaal, le sotho du Nord, le sotho du Sud, le swati, le tsonga, le tswana, le venda, le xhosa et le zoulou, ainsi que l’anglais et la langue des signes sud-africaine qui a été ajoutée en juillet 2023 à la Constitution de 1996.

Catégories
BD et romans graphiques

Entre ici et ailleurs – Vanyda

Éditions Dargaud

Après une rupture, Coralie, franco-asiatique de 28 ans, ressent le besoin d’explorer ses origines. Pour comprendre qui elle est, cette jeune femme va décortiquer son héritage d’enfant d’immigré. Un récit introspectif, un véritable condensé d’émotions tout en douceur. Une quête identitaire contemporaine légère et fraîche comme une brise. (Résumé de l’éditeur)

Quel plaisir d’accompagner Coralie pendant ces quelques mois où elle cherche à mieux comprendre qui elle est ! Vanyda nous raconte une histoire dans laquelle se reconnaîtront une foule de personnes entre deux cultures, entre deux pays, comme celles et ceux qui se posent des questions sur le chemin qu’a pris leur vie, le poids de leur filiation ou les barrières qu’on se met parfois tout(e) seul(e)…

Les rencontres que Coralie fait une fois qu’elle vit seule (pour la première fois de sa vie) l’amènent à poser un autre regard sur ses origines laotiennes et à explorer sa double culture. C’est notamment par sa découverte de la capoeira qu’elle s’ouvre aux autres et reprend confiance en elle. Ses nouvelles amitiés la conduiront jusqu’en Algérie, un voyage qui lui permettra de mieux comprendre son vécu de « biculturelle ».

Vanyda a opté pour des graphismes associant des codes du manga (mimiques typiques et choix du noir et blanc) à des traits plus classiques (pas de personnages aux yeux immenses par exemple et un sens de lecture « normal »). Cette jeune autrice a aussi signé Un petit goût de noisette que j’avais déjà trouvé très chouette. Mais je dois dire qu’Entre ici et ailleurs m’a encore plus touchée, et pourtant je ne suis pas entre deux cultures comme son héroïne.

Ce qui m’a particulièrement plu : le petit côté manga qui met de la légèreté même lorsque l’humeur de Coralie est très sombre, la jolie relation avec son frère, les liens d’amitié, la mise en lumière (sans s’appesantir) du racisme « ordinaire », mais aussi de phobies et de complexes qui peuvent toucher des gens qu’on aurait imaginés très à l’aise dans leurs baskets. Coralie est vulnérable et forte à la fois, ce qui fait d’elle une jeune femme très réelle, attachante et dont le parcours donne la pêche !