Catégories
Croatie Romans

Le collectionneur de serpents et autres nouvelles – Jurica Pavičić

Traduction du croate par Olivier Lannuzel – Agullo Éditions

De Jurica Pavičić, j’ai déjà lu il y a quelques mois l’excellent roman policier L’eau rouge (mon avis sur Babelio est à retrouver ici). J’ai très vite repéré son recueil de nouvelles au titre mystérieux : Le collectionneur de serpents. Dans ces 5 récits, l’auteur aborde des destins individuels dans lesquels la guerre n’est jamais loin et se trouve même parfois au centre de l’intrigue.

La nouvelle éponyme est pour moi l’une des plus poignantes. Elle montre toute la banalité et le tragique du quotidien des soldats en temps de guerre, et surtout l’absurdité de voir de jeunes hommes arrachés à leurs vies pour aller affronter leurs voisins et vivre des atrocités. Ceux qui en reviennent ne seront évidemment plus jamais les mêmes, à commencer par le collectionneur de serpents.

La seconde nouvelle, Le tabernacle, m’a presque autant bouleversée que la première. Niko apprend un matin la mort de l’occupant de l’appartement familial qu’il a lui-même dû quitter à l’adolescence. Le partage des appartements était monnaie courante sous Tito et le locataire imposé à sa famille n’a jamais pu être délogé. Son décès permet enfin à Niko de revenir dans les lieux. Il y fait alors une étrange découverte qui l’ébranlera.

La patrouille sur la route retrace les destinées opposées de deux frères amoureux de la même femme. Une fois démobilisés, ils vont se retrouver chacun d’un côté de la loi : l’un gendarme, l’autre voleur. Tout cela risque évidemment de mal finir…

Les relations familiales sont elles aussi au cœur de La soeur. Si la guerre est plus lointaine dans cette nouvelle, elle explique en partie les liens distendus entre Margita et sa sœur, qui vit à Belgrade depuis de nombreuses années. Je l’ai trouvée plaisante à lire et juste dans l’analyse des sentiments, mais elle m’a moins touchée et me laisse un souvenir plus vague que les autres nouvelles du recueil.

Les lendemains de la guerre reviennent en force dans Le héros, le récit qui clôt le livre. Jurica Pavičić y crée une atmosphère digne d’un western : un personnage taiseux et solitaire vient travailler dans un village littéralement enroulé sur lui-même et largement laissé à l’abandon. Cet homme est-il bien celui qu’il prétend être ? J’ai été tenue en haleine jusqu’au bout par cette nouvelle qui fait ressurgir des événements très médiatisés des années 2000.

En résumé, je ne peux que conseiller ces très, très bonnes nouvelles de ce formidable auteur qui mêle avec talent récits intimes et histoire de son pays. D’ailleurs, son 2e roman policier, La femme du 2e étage, figurera sans aucun doute dans ma PAL 2024.

Aifelle et Kathel vous conseillent aussi ce recueil, lu pour Les Bonnes nouvelles également.

31 réponses sur « Le collectionneur de serpents et autres nouvelles – Jurica Pavičić »

Cet auteur semble une bonne découverte de chez Agullo, quel que soit le format des histoires et les genres : je ne lis que des avis positifs. Il me faut donc le découvrir, même si je ne connais pas l’histoire de ce pays… ou bien justement parce que je ne la connais pas.

Oui, Agullo a déniché un très bon auteur. Ses romans ont d’ailleurs été repris en poche, signe qu’il touche un public assez large.

Tu es aussi enthousiaste qu’Aifelle, et j’avais bien aimé L’eau rouge, hormis quelques lourdeurs stylistiques dont l’auteur se sera peut-être débarrassé sur le format court 🙂

Bonjour Sacha. Je viens de voir ta nouvelle proposition et de l’ajouter à notre liste de Bonnes nouvelles. Est-ce Aifelle qui t’a convaincue de le lire ou ce recueil était déjà dans ta PAL ? J’ai vu dans les commentaires que Kathel va le lire aussi. Cela promet de beau échanges. Les avis sont tous positifs pour l’instant. Pour ma part, je suis un peu plus attirée par « L’eau rouge », le roman policier.

Je n’avais pas vu le billet d’Aifelle, c’est un simple hasard que ce recueil ait déjà été dans ma PAL. Il faut dire que le recueil est bien mis en valeur dans ma médiathèque et que tous les noms étrangers attirent tout particulièrement mon regard dans les rayonnages ;-D L’eau rouge est un excellent roman en tous cas, tu ne devrais pas regretter sa lecture.

Tu as été plus courageuse que moi pour détailler les nouvelles … mais nous sommes du même avis, j’ai franchement été emballée par ce recueil de nouvelles. J’aurais bien aimé avoir autre chose à me mettre sous la dent du même auteur, il va falloir patienter un peu. En tout cas, je suis contente de lire sur ce pays, où j’ai eu l’occasion d’aller en vacances bien avant l’explosion de l’ex-Yougoslavie (mais les locaux disaient déjà qu’à la mort de Tito ils se taperaient tous dessus).

En dehors de cet auteur et dans un genre totalement différent mais toujours croate, j’ai adoré Miracle à la combe aux aspics, loufoque mais là aussi la guerre n’est jamais loin.

Par des histoires personnelles, l’auteur sait nous toucher tout en abordant l’histoire de son pays sans lourdeur, c’est une réussite!

Je vais déjà commencer par L’eau rouge que j’avais déjà repéré, étant plus roman que nouvelles, mais ce recueil-ci a l’air assez incontournable pour une véritable plongée historique et culturelle en Croatie.

Je les ai peut-être d’autant plus appréciées que j’avais lu L’eau rouge avant. Même si les deux livres n’ont pas de lien direct, le roman m’avait donné envie d’approfondir ma découverte de la Croatie et les nouvelles ont été parfaites pour ça.

Bonjour Sacha, le titre du recueil me rebute un peu car j’ai une phobie des serpents. Alors, je reste loin des films, des livres les abordant… Je sais, ce n’est qu’une nouvelle mais bon. Une phobie demeure une phobie. C’est incontrôlable. Merci!!!

Même si les autres nouvelles n’en parlent pas du tout, je comprends très bien et il vaut mieux ne pas tenter le diable! Il reste les romans de cet auteur si tu as envie de le découvrir.

Le titre est en effet très intrigant 🙂 Il n’est pas présent dans ma médiathèque mais son roman « l’eau rouge » oui, et il est déjà noté sur mes listes. Merci pour la découverte de ces nouvelles

Ah ah, décidément il faut que je lise La femme du 2e étage ! Si tu as aimé ces deux romans, les nouvelles te plairont sûrement.

Bonjour Sacha, j’ai noté ce recueil de nouvelles, il faudrait par ailleurs que je lise L’eau rouge. Une romancière / novelliste à lire au vu de tous les billets positifs. Bonne journée.

L’eau rouge fait (presque) l’unanimité en effet. Je le conseille en tous cas, comme ces nouvelles. Par ailleurs, Jurica semble être un prénom masculin. La photo de l’auteur est en tous cas sans ambiguité 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.