Catégories
Biélorussie Romans

Un fils perdu – Sacha Filipenko

Traduction du russe par Philie Arnoux et Paul Lequesne – Éditions Noir sur Blanc

Sacha Filipenko est un jeune auteur biélorusse (ou belarusse) d’expression russe qui vit aujourd’hui en exil, contraint de déménager sans cesse pour échapper aux foudres du pouvoir de son pays. Rien d’étonnant à cela : Un fils perdu est une satire politique qui dénonce avec férocité la léthargie dans laquelle est plongée la Biélorussie (qu’il ne nomme jamais) depuis l’arrivée au pouvoir de son président en 1994, c’est-à-dire depuis bientôt 30 ans (!).

Tout commence de manière pourtant assez potache : Francysk, 16 ans, néglige ses études de violoncelle et ne pense qu’à jouer au foot dans la cour ou à retrouver sa bande de copains. Sacha Filipenko s’inspire ensuite d’une tragédie bien réelle, un mouvement de foule dans un souterrain de métro à Minsk qui a fait 54 morts et 300 blessés environ en 1999. Victime de cette abominable bousculade, Francysk tombe dans un coma qui durera 10 ans.

Cette première partie du roman est en réalité la plus longue, contrairement à ce que laisse penser le résumé de la maison d’édition. Elle est portée par l’incroyable Elvira Alexandrovna, véritable grand-mère courage qui ne perdra jamais l’espoir que Francysk se réveille. Tout le temps de son inconscience, elle parle à son petit-fils de son quotidien, de ce qui se passe dans le pays, déambule avec lui dans leur ville par la seule force de l’imagination. Et c’est ainsi que nous voyons la vie en Biélorussie à travers son regard acéré et plein d’ironie. C’est passionnant, émouvant et désespérant à la fois.

La plume de Sacha Filipenko est mordante et assez addictive. Mais il y a aussi quelques longueurs dans son récit et des références qui m’ont un peu échappé au début. Je n’ai vu que tardivement les notes de la traductrice de l’édition allemande ajoutées à la fin du roman. Celles-ci donnent d’utiles renseignements qui facilitent la compréhension et même si j’aurais apprécié de les lire plus tôt, elles étaient toujours bienvenues à la fin du roman. Mon conseil : N’hésitez pas à vous y référer en cours de lecture.

La deuxième partie d’Un fils perdu est, comme le laisse présager le titre, très désabusée. Car quand Francysk se réveille au bout d’une décennie, il doit bien constater que les rares choses qui ont changé sont loin d’être des améliorations. Va-t-il réussir à s’adapter ? L’amour sera-t-il une échappatoire ? Pour le savoir, rendez-vous dans une librairie ou une bibliothèque bien achalandée !

Image par Juuud28 de Pixabay

Dans ce roman, achevé d’écrire en 2012 et traduit en français en 2022, Sacha Filipenko rêvait de protestations massives du peuple contre le régime en place, un soulèvement qu’il imaginait être aussitôt durement réprimé. L’Histoire lui a donné raison puisqu’en 2020 et 2021, les Biélorusses ont manifesté en nombre et fait grève lors de ce qu’on a appelé « la révolution des pantoufles » ou « la révolution anti-cafard ». En vain à ce jour. La principale opposante au régime, Svetlana Tikhanovskaïa, vit d’ailleurs elle aussi toujours en exil.

PS : Un autre avis enthousiaste est à lire ici : https://jelisjeblogue.blogspot.com/2022/06/un-fils-perdu-sacha-filipenko.html?m=1

12 réponses sur « Un fils perdu – Sacha Filipenko »

Ma médiathèque l’a mis en avant avec son label « coup de coeur ». C’est d’ailleurs comme ça que je suis tombée dessus. J’espère que cela incitera d’autres personnes à l’emprunter car il mérite d’être lu!

Encore une découverte pour moi. Ce livre semble assez poignant… La vie de ces autrices et de ces auteurs qui doivent fuir leur pays (partout dans le monde) en raison du climat politique me touche chaque fois. Merci pour cette présentation d’un roman à découvrir.

C’est terrible en effet, les écrivains et écrivaines sont souvent une cible parce qu’ils et elles dénoncent si brillamment la dictature et autres formes de violence.

Pour qui s’intéresse à ce genre de pays et aux situations ubuesques dues à la dictature, il est passionnant (et virulent).

En effet, la répression a été terrible et se fait sentir encore aujourd’hui. Sans parler de la proximité menaçante de la Russie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.