Catégories
Angleterre Romans

La partie de chasse – Isabel Colegate

Traduction de l’anglais par Élisabeth Janvier – Éditions 10/18

À mi-chemin entre la série Downton Abbey et La règle du jeu de Renoir, La partie de chasse est une sorte de huis clos avec scènes d’extérieur. Ca peut sembler paradoxal mais pas tant que ça puisque l’on reste dans les limites d’une – très vaste – propriété. Ici la question n’est pas tant le fameux whodunit (qui est le coupable ?) que : Qui sera la victime et par quel coup du sort sera-t-elle frappée ? Un scandale ? Un cinglant revers amoureux ? Un tir intentionnel ou accidentel ? Isabel Colegate s’amuse à nous faire envisager toutes les hypothèses jusqu’au dénouement de ce roman rythmé et so british.

Fin 1913, dans la campagne de l’Oxfordshire, Sir Randolph et sa femme, la frivole Minnie, accueillent une de leurs traditionnelles parties de chasse sur leur domaine de Nettleby. Trois générations de cette famille typique de l’aristocratie anglaise déclinante sont réunies. Parmi les nombreux invités : un « nouveau riche », un nobliau hongrois, des couples plus ou moins bien assortis, plus ou moins fidèles, et des voisins peu appréciés que les convenances exigent de convier. Des garde-chasses, quelques domestiques, un braconnier et un fervent défenseur du droit des animaux gravitent autour de ce microcosme mondain le temps d’une partie de chasse riche en tension dramatique.

#Lemoisanglais, c’est chez Lou et Titine !

Avec force dialogues, Isabel Colegate nous entraîne dans cette micro-société aux préoccupations essentiellement futiles et dont seuls certains membres sentent venir le vent du changement qui s’apprête à souffler sur la vieille Europe. C’est virevoltant, ironique, mais pas dénué de tendresse envers cette classe sociale à part qu’est la noblesse rurale.

Je me suis prise au jeu de ce roman divertissant, même si j’ai regretté une mise en place un peu trop agitée (ça se calme heureusement assez vite) et une galerie de personnages trop nombreux pour qu’ils soient tous intéressants. J’ai néanmoins tourné les pages avec avidité. Autrement dit, une lecture-bonbon sans doute pas impérissable, mais agréable.

31 réponses sur « La partie de chasse – Isabel Colegate »

Voilà qui ressemble à une lecture de plage… bon, je n’y vais pas bien qu’elle se trouve à 7 kilomètres de chez moi, mais je lis quand même des choses légères parfois 😉

Non, j’avoue que je n’aime pas le faire (je préfère souvent abandonner carrément la lecture dans ces cas-là). Au moment où je me disais « je vais être complètement perdue », ça s’est calmé mais il y a quand même un amant que j’ai pris pour un mari pendant quelques pages 🤣.

J’ai adoré la série Downton Abbey et je suis amatrice de romans à suspense. Je ne suis pas contre non plus les lectures distrayantes. Bref, je pourrais bien me laisser prendre au jeu moi aussi.

Julian Fellowes signe la préface de ce roman et avoue devoir beaucoup à ce roman. On y retrouve plusieurs ressorts, c’est vrai : par exemple la compréhension mutuelle a priori surprenante entre un socialiste convaincu et un lord campagnard. Si tu as aimé Dowton Abbey, ça te plaira donc sûrement même s’il y a la frustration que ce soit trop court là où la série pouvait approfondir. Et les moeurs sont beaucoup plus légères ici que dans la série qui était finalement assez prude 😉.

Le scénariste de Downton Abbey, et de Gosford Park d’ailleurs, s’en est apparemment inspiré. Mais le côté vie des domestiques n’est que survolé ici.

Une lecture légère quand l’été arrive à grands pas cela ne peut que faire du bien…Pourquoi pas donc.

Mais oui, on a bien besoin de lectures un peu distrayantes ! J’ai trouvé ce roman dans une boîte à livres et il m’a permis de passer un bon moment (et maintenant il repart dans une boîte à livres).

Je suis entièrement d’accord! D’autant qu’en littérature britannique, le côté sucré est tempéré par une ironie délicieusement acidulée ☺️.

J’aime beaucoup la littérature britannique et surtout, l’humour de ce coin du monde. Une lecture divertissante alors, mais pas marquante. Merci pour la suggestion!

J’aime bien l’idée de l’intrigue. Bon, a priori à se garder sous le coude pour des envies de lectures divertissantes. Chez les Anglais, je trouve qu’on est rarement déçu dans ce rayon. Il y a au moins toujours ce fameux humour british.^^

Surtout que j’enchaîne plutôt les sujets lourds ou sérieux, donc un peu de légèreté est bienvenu. Je comptais bien sur le Mois anglais pour ça 😉.

Merci ! L’avantage de ce voyage anglais est qu’il se fait sans passeport (fichu Brexit qui complique les séjours britanniques).

Je le sens très bien ce bouquin, mais tu es moyennement enthousiaste, on dirait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En savoir plus sur Des romans, mais pas seulement

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading